Souffrez-vous d’arthrose articulaire ?
L’arthrose fait souffrir beaucoup de monde, en général des personnes de plus de 60 ans, mais pas seulement. Il y a bien des personnes plus jeunes qui connaissent cette maladie. L’arthrose est une inflammation qui atteint les articulations. L’arthrose provoque des douleurs aiguës et lancinantes. Des applications chaudes ou froides peuvent aider à les diminuer ainsi que des massages doux avec des crèmes anti-inflammatoires et antalgiques. Le cartilage des articulations se dégrade jusqu’au moment où sa disparition occasionne le frottement contre l’os et provoque des douleurs parfois insupportables.

Comment lutter contre l’arthrose ?
L’arthrose provoque des douleurs dues à l’inflammation qui abîme le cartilage des articulations. Les articulations se dégradent, se déforment (c’est spectaculaire sur les doigts des mains). La disparition du cartilage dans les zones de frottement par exemple le fémur sur l’os de la hanche, est la cause de douleurs insupportables à cause du contact direct de l’os du fémur par exemple. Elles sont telles qu’elles conduisent souvent à de la chirurgie. On remplace une partie ou la totalité de l’articulation en cause. On entend souvent des personnes âgées dire qu’elles ont eu une opération de la hanche ou du genou car elles ont subi la pose d’une prothèse.
Mais avant cette ultime solution, on utilise des calmants et des anti-inflammatoires pour limiter la douleur avant que l’avancée de la dégradation du cartilage ne rende cette opération inéluctable.

Il est évident qu’aucun produit naturel ou de synthèse ne doit être utilisé sans l’avis du médecin. les produits cités dans cet article le sont à titre d’information mais ne sont pas des recommandations.

Quels calmants contre les douleurs d’arthrose ?
Contre la douleur d’arthrose, seul le médecin peut prescrire calmants et anti-inflammatoires, souvent du paracétamol au début. On rencontre alors très fréquemment des personnes qui se plaignent de maux d’estomac, qui ont du mal à supporter ces produits. Etant très partisane des médecines naturelles, j’utilise en priorité de l’Harpagophytum contre les douleurs provoquées par l’inflammation ou l’articulation abîmée par l’arthrose. Cette plante provoque peu d’effets secondaires, mais il faut quand même être attentif pour les hypertendus. Quand c’est trop difficile, je prends de l’aspirine tamponné, avec l’accord de mon médecin bien sûr. Quant aux produits plutôt anti-inflammatoires ou qui sont censés agir sur la préservation du cartilage, j’ai de la curcumine 185 et un mélange de collagène, glucosamine, Boswellia et vitamine C, tout cela à prendre pendant les repas. Et puis le fameux bouillon d’os à raison d’un bol d’un tiers de litre par jour (la recette figure dans mon livre  » Intolérance aux sulfites – Ma cuisine sans sulfites » paru chez Amazon.

Quelles autres recommandations contre l’arthrose des membres inférieurs ?
Lorsque le dos ou les hanches ou encore les genoux sont atteints par l’arthrose, le médecin demande, si nécessaire, de perdre du poids. Les articulations seront moins sollicitées. Et puis, il faut se bouger le plus possible mais sans forcer et sans à-coups. Marche douce, vélo à faible charge, à plat, gymnastique et soins de kinésithérapie sont importants pour garder une bonne mobilité.

Il est important également de veiller à se nourrir de la manière la plus naturelle possible, les régimes recommandables sont le régime Seignalet et le régime Paléo : beaucoup de légumes, peu de viande, pas ou peu de sucre, des fruits.

Que fait la recherche contre l’arthrose ?
L’arthrose est un phénomène mondial.
Plusieurs pistes sont possibles et étudiées par des équipes de chercheurs dans plusieurs grands pays. Il s’agit de chirurgie moins « radicale » que le remplacement total de l’articulation, comme l’arthroscopie, quand elle est possible, ou d’injections de plasma PRP ou de cellules souches afin de permettre au cartilage d’essayer de se reconstituer.

Le plasma PRP est connu depuis plus de 20 ans en chirurgie esthétique. Depuis une dizaine d’années, il est utilisé souvent pour soigner les blessures de sportifs et en accélérer la guérison. Cela consiste à réinjecter au patient une partie de son propre sang : le sang prélevé dans une veine est centrifugé. On recueille la partie du plasma enrichi en plaquettes et en facteurs de croissance, par la centrifugation, pour l’injecter ensuite dans les zones blessées de la personne. L’injection peut être douloureuse, on ne peut pas utiliser d’anesthésiques locaux. Ce traitement n’est pas remboursé par la Sécurité Sociale.

L’arthroscopie est une technique chirurgicale d’intervention sur les articulations sans le traumatisme des techniques classiques. C’est un mode opératoire récent pour l’arthroscopie de la hanche, bien connu pour le genou plus facile à explorer. L’intervention sous anesthésie générale, est vidéo-assistée, l’accès aux zones internes nécessite de très petits orifices. Tous les cas de désordres articulaires de hanche et tous les patients ne sont pas éligibles à l’arthroscopie.

Les cellules souches sont extraites de la moelle osseuse ou des tissus lipidiques prélevés sur le patient, centrifugées et réinjectées avec du PRP, dans les zones atteintes pour permettre leur régénération. De nombreux chercheurs dans plus d’une dizaine de centres participent ainsi au projet ADIPOA et les résultats obtenus sont encourageants, l’étude est en phase 2. D’autres équipes dans le monde sont au travail et parions que dans peu d’années, elles sauront réparer beaucoup de cartilages endommagés.

Cependant, ne crions pas victoire trop tôt, la réussite étendue à tous les patients est encore aléatoire. Elle dépend par exemple, de l’avancée de la dégradation arthrosique, de l’état des patients, de leur âge : jeunes ou bien âgés ou très âgés,…

Les malades attendent un traitement assuré et pérenne qui permette de retrouver leur mobilité sans douleur, même au grand âge.

http://icsmontreal.com/cellules_souche-2/

http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/rhumatismes/articles/12833-arthrose-idees-recues.htm

http://centre-osteo-articulaire.fr/index.php?page=rhizarthrose-arthrose-du-pouce

http://www.medisite.fr/les-facteurs-de-risque-lage-a-partir-duquel-on-souffre-davantage-darthrose-